Créer des applications décentralisées serait il impossible?

Créer des applications décentralisées serait il impossible?

Créer des applications décentralisées en quantité représente un véritable challenge.

Les développeurs de “Dapps” sont confrontés à des problèmes. En particulier le débit des transactions sur le réseau Ethereum qui n’est que de 25 transactions par seconde. Or la plateforme Ethereum est une plateforme incontournable pour les développeurs de Dapps.

De plus, plus le débit des transactions est important sur le réseau, plus cela coûte cher à l’utilisateur.

Ces limitations du nombre de transactions par seconde sont appelées des limitations de “ mise à l’échelle “.

Aussi, les Dapps, bien qu’étant décentralisées, ont des parties de logiciels fonctionnant sur des serveurs centralisés.

La solution serait donc d’accélérer le débit des transactions tout en réduisant les coûts.

Or cela n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît.

dapps

À quoi sert la centralisation sur les Dapps?

Sur le réseau Ethereum aujourd’hui, existent deux sortes de Dapps : les échanges et les jeux. Et ces deux catégories conservent souvent des fonctionnalités centralisées.

Si nous prenons l’exemple des jeux, les développeurs ne peuvent déployer leur Dapp qu’une fois et ne peuvent plus la modifier.

“ Évidemment, si vous êtes un joueur, vous voulez que les développeurs puissent le mettre à jour. Vous voulez qu’ils soient en mesure de corriger les bugs, ajouter de nouveaux niveaux, ajouter de nouvelles fonctionnalités « .

C’est ce qu’explique James Duffy, co-fondateur de Loom Network, qui développe des Dapps.

C’est pour cette raison que les développeurs se voient dans l’obligation de mettre des backdoors dans les “ smart contracts “.

De même, !es échanges décentralisés sont obligés de conserver une certaine centralisation en ce qui concerne leurs contrats de commandes. Et ce, pour des raisons de sécurité alliées à la difficulté d’avoir un carnet de commande unique sur un réseau d’ordinateurs distribué.

Ainsi, pour le moment, les développeurs travaillent à petits pas et prudemment pour optimiser l’expérience des utilisateurs et éviter de leur faire perdre de l’argent.

Duffy a expliqué :

“ Personne n’a jamais construit une application compliquée, puis l’a lancée et cela a parfaitement fonctionné dès le premier jour. « 

james-duffy

Crypto Kitties est elle une Dapp réellement décentralisée ?

Historiquement, c’est l’application Crypto Kitties qui a été le première Dapp à attirer un flot important d’utilisateurs.

Mais rapidement, il a été constaté que le jeu n’était pas aussi décentralisé qu’il le prétendait : en effet, l’entreprise est obligée d’utiliser des backdoors dans le code de l’application, ce qui lui permet de modifier au besoin l’algorithme de reproduction en source fermée.

Pour les développeurs de Crypto Kitties, cette obligation rendrait le jeu plus amusant.

Mais cela signifie que les utilisateurs doivent faire confiance à l’entreprise pour ne pas changer cet algorithme d’une façon qui modifierait les prix du marché.

Autre partie du jeu sous contrôle : l’art.

Car sans le contrôle de l’entreprise, les acheteurs ne pourraient pas admirer les chats chèrement acquis et ne pourraient admirer qu’une suite de nombres cryptés.

Mais, toujours selon Duffy, ce contrôle de l’art centralisé serait une nécessité.

Cependant, depuis le 26 juin, Crypto Kitties a annoncé que dorénavant des applications tierces pourraient utiliser Crypto Kitties art.

Néanmoins, cette décentralisation n’est pas complète.

Elle devrait l’être d’avantage petit à petit, d’après Duffy.

Il prétend ainsi que la construction d’une sidechain dédiée et évolutive pour chaque application, ainsi que son ancrage dans la chaîne Ethereum, devrait permettre la décentralisation totale.

Quant aux mises à jour, elles passeraient par des forks.

Duffy a d’ailleurs prédit:

“ Nous allons voir des jeux réels et amusants qui sont des jeux normaux avec lesquels les gens veulent jouer, sauf qu’ils possèdent les actifs du jeu et qu’ils peuvent le faire sur une plate-forme entièrement décentralisée. « 

Pourquoi les échanges sont ils centralisés ?

En ce qui concerne les échanges, il est évident que c’est leur centralisation qui est leur point faible.

On a pu le constater avec ce qui c’est passé sur MtGox pour Bitcoin.

C’est la raison pour laquelle les développeurs ont essayé de construire des alternatives distribuées.

Par exemple, les échanges Idex et ForkDelta, utilisant le réseau Ethereum.

Mais même ces deux échanges utilisent tout de même des carnets de commandes centralisés, comme la plupart de leurs concurrents.

Ces carnets de commandes servent à enregistrer les offres et les demandes pour faciliter les transactions.

Cependant cette centralisation permet aussi des usurpations d’identité, des superpositions, ou encore des front-running que les traders utilisent de manière illégale.

Pour Taariq Lewis, développeur de crypto monnaies qui a construit la technologie DEX,

“ les carnets de commandes centralisés, non réglementés sont des paradis fiscaux. “

Mais la décentralisation des carnets de commandes n’est pas si simple à réaliser.

“ Les traders ont besoin d’un carnet de commande principal visible par tous. Et  s’assurer que tout le monde voit les mêmes offres et demandes, sans intermédiaire central est un problème non résolu.” a ajouté Lewis.

En outre, des carnets de commandes décentralisés seraient des cibles pour les attaques Sybil: ainsi, des utilisateurs pourraient créer des milliers d’identités pour spammer le réseau avec des informations.

C’est pour toutes ces raisons que les développeurs de Idex et ForkDelta travaillent d’arrache-pied pour créer des carnets de commandes décentralisés pouvant résister à ces attaques.

À ce propos, Duffy se montre assez confiant, puisqu’il a affirmé:

“ Donnez-moi quelques années et je dirais que ce sera certainement le cas, juste parce que c’est possible et si les utilisateurs le demandent, alors quelqu’un va répondre à cette demande. « 

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close