Blockchain qu’est-ce que c’est?

Blockchain qu’est-ce que c’est?

Blockchain qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre un peu mieux le fonctionnement des monnaies digitales telles que le bitcoin, il est intéressant de comprendre ce qu’est la blockchain, et inversement nous comprendrons davantage la blockchain grâce à l’exemple du bitcoin, la technologie de l’un (le blockchain) ayant été historiquement créée au service de l’autre (le bitcoin).

Peut on donner une définition simple de la blockchain ?

La blockchain est en quelques mots une base de données, sécurisée, fiable, infalsifiable et distribuée. C’est la possibilité de faire des transactions en toute confiance, sans se connaître et sans intermédiaire.  Ça c’est la définition ! Mais que ce cache t’il derrière cette définition ? La blockchain est un protocole informatique, qui va bouleverser le transfert d’argent (mais pas seulement). Il s’agit en fait d’un grand registre numérique indélébile, contenant des informations regroupées en bloc. Ces informations sont gardées sous forme de cryptographies, c’est à dire sous forme de messages codés. En général lorsqu’on code un message,il nous faut une clé.

Qu’est-ce qu’une clé ?

Par exemple on décide d’attribuer un chiffre à chaque lettre de l’alphabet. C’est une clé.Si vous possédez cette clé vous pourrez déchiffrer le message et répondre à ce message de la même façon. Mais il existe une forme de cryptage beaucoup plus sophistiquée, c’est la cryptographie asymétrique, pour laquelle la clé qui a codé le message n’est pas la même que celle qui le décode.

Comment est-ce possible ?

C’est un peu comme si vous possédiez un dictionnaire français-chinois, mais que vous n’ayez pas le dictionnaire chinois- français. Tous ces codes se trouvant sous forme d’algorithme extrêmement compliqués.

Mais concrètement que se passe-t-il lorsqu'on effectue une transaction grâce à la technologie blockchain ?

Prenons un exemple: 

Monsieur X,  désire transférer 10 bitcoin à Monsieur Y. Chacun d’entre eux va utiliser une clé privée, qui pourrait représenter sa signature, et une clé publique, sorte de boîte aux lettres. Si X veut donner 10 bitcoin à Y, il utilise sa clé privée pour initier la transaction, puis envoie la somme à l’adresse publique de Y. 

L’ensemble de ces interactions est consigné dans un bloc dont tous les utilisateurs du réseau peuvent avoir une copie. Cet historique de toutes les transactions effectuées, indique la date, le montant, les clés publiques des deux utilisateurs, mais pas leur identité réelle. Pour sécuriser le système, des particuliers ou des entreprises connectent leurs ordinateurs sur le réseau et apportent de la puissance de calcul, on les appelle des “mineurs”. A l’aide de formules mathématiques, ils vérifient que X possède bien les 10 bitcoin qu’il désire transférer (et ce, en vérifiant toutes les transactions faites depuis la genèse des bitcoin). Une fois vérifiée, la transaction est inscrite de façon indélébile dans le registre. C’est un bloc qui vient s’ajouter à la chaîne des blocs, d’où le nom : blockchain. Ainsi grâce à ce système,il est impossible de posséder de faux bitcoin, de nier avoir effectué une transaction, ou d’utiliser deux fois le même bitcoin. Les mineurs s’en apercevrait et stopperait immédiatement la transaction après avoir analysé l’historique du fraudeur.

Mais pourquoi les “mineurs” fourniraient il cette puissance de calcul ?

Quel est leur intérêt dans cette histoire. (D’autant que pour faire ces calculs ils ont besoin d’une énorme puissance de calcul qui n’est pas donné à tout un chacun !) 

Leur intérêt c’est qu’ils vont être rémunéré pour ce travail par de nouveaux bitcoin, ainsi que par des frais de transaction. 

Cette monnaie est donc imprimée au fur et à mesure des transactions grâce aux mineurs qui reçoivent en échange une partie de cette création de valeur. Et c’est ce qui formera la masse monétaire du bitcoin (masse monétaire qui ne devra pas dépasser les 21 millions de bitcoin émis, c’est la règle qui a été fixée au départ).

Conclusion:

La blockchain permet donc de placer sa confiance non pas dans un intermédiaire classique, mais dans un réseau d’ordinateurs connectés les uns aux autres. 

Il n’y a plus d’organe central de contrôle, tel un pays, une banque ou une entreprise qui pourrait avoir la main sur le registre (voir: Aucun organisme ne peut se saisir de vos bitcoin- Pourquoi investir ou acheter du bitcoin).  On peut donc s’échanger des valeurs de pair à pair (peer to peer en anglais) sans intermédiaire. 

Nous comprenons mieux à présent la définition donnée au début de cet article : La blockchain est une base de données sécurisée, fiable, infalsifiable, et distribuée. C’est la possibilité de faire des transactions en toute confiance, sans se connaître et sans intermédiaire.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close