La Chine aime la technologie Blockchain, mais pas Bitcoin!!

La Chine aime la technologie Blockchain, mais pas Bitcoin!!

La semaine dernière, la Chine a reconnu l’importance de la technologie Blockchain.

Le président chinois, Xi Jinping a même qualifié cette technologie “ d’une partie de la révolution technologique “.

Par ailleurs, les chinois ont appris par la plus grande chaîne TV du pays que “ la valeur Blockchain est dix fois supérieure à celle d’Internet. “

Cette reconnaissance n’en est pas restée aux uniques affirmations ; ces derniers jours, la banque centrale chinoise a introduit l’utilisation de la Blockchain pour numériser les chèques papier.

Quant au géant Alibaba, il veut promouvoir cette technologie dans l’industrie de la santé.

Comme quoi, l’état chinois, bien que plutôt opposé aux crypto monnaies, peut faire preuve d’ouverture en ce qui concerne la technologie Blockchain.

Xi_Jinping_china

La réglementation des crypto monnaies en Chine

En effet, la Chine est plus connue pour sa règlementation très stricte envers les Crypto monnaies, que pour son adoption de la technologie Blockchain.

À titre d’exemple, en janvier dernier, la Chine avait réprimé les crypto monnaies, entraînant une chute de Bitcoin vers son plus bas niveau en plus d’un mois.

Cette chute avait touché également Ethereum et Ripple avec des chutes respectives de 19 et 29%.

En outre, cette réglementation avait poussé les mineurs chinois de crypto monnaies à se délocaliser.

Autre exemple, la société minière Bitmain, fabriquant les puces ASIC, avait été contrainte de se tourner vers l’intelligence artificielle pour se créer des revenus alternatifs.

Il faut souligner que la Chine est un acteur majeur sur le marché Bitcoin.

D’une part, par le nombre de sociétés minières exploitant les crypto monnaies.

Et d’autre part, par le volume des transactions en Bitcoin.

Pourtant, la réglementation chinoise permet de détenir des crypto monnaies, mais ni de les négocier, ni de les échanger contre de la monnaie fiduciaire.

china-blockchain

La Chine et les crypto monnaies

Les relations entre  la Chine et les Crypto monnaies remontent à 2013.

À l’époque, l’etat chinois remarquait l’engouement pour la crypto monnaie et mettait en garde contre les risques financiers liés à la devise virtuelle.

Il interdisait alors aux banques et autres institutions financières, d’effectuer des opérations liées à la Crypto.

De plus, toutes les sociétés impliquées dans les monnaies virtuelles étaient sommées de suivre les procédures permettant d’éviter le blanchiment d’argent ou les évasions fiscales.

En 2017, la Chine a banni toutes les ICO et obligé les plateformes d’échange de stopper les opérations entre crypto et monnaies fiduciaires.

À la suite de quoi, les grandes bourses telles que Huobi ou BTCChina, se délocalisent, ou ne proposent que des échanges entre crypto.

En 2018, l’état chinois a également banni les peer-to-peer et a bloqué l’accès aux plateformes d’échange et aux sites d’ICO.

Parallèlement à toutes ces mesures restrictives, le gouvernement chinois a nommé un comité national d’experts. Celui-ci a publié en mai dernier une étude relevant 421 fausses crypto monnaies.

Malgré toutes ces restrictions et publications, trois des devises les plus vendues sur le marché mondial sont chinoises: Qtum, Ve-chain et NEO qui sont aujourd’hui en 19e, 16e et 11e positions.

ico_chine

La Chine et la Blockchain, une histoire d'amour

Mais la Chine semble nettement plus ouverte à la technologie Blockchain qu’aux crypto monnaies.

En effet, dans cet historique, on peut ajouter qu’en 2016, la Chine a ajouté Blockchain à son treizième plan quinquennal pour un développement au niveau national, jusqu’en 2020.

Et aujourd’hui, la Chine reconnaît la technologie Blockchain comme étant révolutionnaire et plus importante que celle d’Internet.

Le président chinois, Xi Jinping, a déclaré : “ la nouvelle génération des technologies de l’information représentée par l’intelligence artificielle, l’information quantique, la communication mobile, l’Internet des objets et la Blockchain, accélère les percées dans sa gamme d’applications.”

Dans la foulée, China Central, première chaîne télévisée du pays, diffusait le 4 juin dernier, une émission spéciale d’une heure, consacrée au sujet.

Par ailleurs, il est indéniable que la relation entre la Chine et la Blockchain es étroitement liée à la ville où Alibaba a été créé.

Il s’agit de Hangzhou où le Blockchain Industrial Park a été inauguré en avril dernier.

À l’occasion de cette inauguration, un fond d’1,6 milliards de dollars a été alloué à la recherche Blockchain. De plus, un institut de recherche a lui aussi été créé pour soutenir le développement de la technologie.

En outre, le Park tente d’attirer des startups dans ce domaine en leur offrant des aides généreuses.

Alibaba, le test plateforme Blockchain

Alibaba et la Blockchain

Parmi les géants du marché chinois, on compte bien sûr Alibaba. L’entreprise détient la plupart des brevets Blockchain dans le monde.

En effet, Alibaba a obtenu 49 licences, principalement axées sur le domaine du bien-être public et des chaînes d’approvisionnement.

Pourtant, malgré son implication dans le monde des Blockchain, le fondateur d’Alibaba, Jack Ma, qualifie Bitcoin de “bulle”.

En dehors d’Alibaba, d’autres industries importantes sont liées  à la technologie Blockchain.

Citons par exemple Wanxiang Blockchain Labs, co- fondé avec Vitalik Buterin.

Ou encore, Ve-chain, NEO et Baidu, le Google chinois, qui a annoncé son protocole de  “super chain “.

C’est d’ailleurs la Chine qui détient le plus grand nombre de brevets de Blockchain dans le monde avec 55% des brevets déposés en 2017.

À titre de comparaison, les États Unis en ont déposé 22%, l’Australie, 3%, 20% se répartissant entre les autres pays.

Aussi, cette année, 178 nouvelles startups Blockchain ont vu le jour en Chine, faisant passer leur chiffre total à 456 contre 136 en 2016.

L’avenir des Blockchains en Chine

Cette année, la Chine devrait lancer de nouvelles législations pour renforcer la Blockchain.

De plus, le directeur de l’Institut de la monnaie numérique, le PBoC, se dit optimiste sur cette nouvelle technologie.

D’ailleurs, la banque centrale chinoise a annoncé son intérêt pour une monnaie numérique basée sur la Blockchain, mais non décentralisée.

C’est également le PBoC qui a mis au point le système Blockchain devant numériser les chèques papier, comme nous l’avons vu plus haut.

Il semble donc que la Blockchain est de beaux jours devant elle au pays du soleil levant.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close