Les crypto-monnaies : une multitude d’opportunités, et des risques tout aussi importants

Les crypto-monnaies : une multitude d’opportunités, et des risques tout aussi importants

Bien plus que de simples actifs financiers, les crypto-monnaies représentent aujourd’hui pour de nombreux investisseurs, la promesse d’un avenir meilleur. Un futur où l’accomplissement de soi, du point de vue financier, ne demandera plus un investissement aussi important en temps. Mais on ne les qualifierai pas de révolutionnaires s’il n’y avait que cet aspect lucratif en jeu.

En effet, bien plus qu’un simple produit permettant éventuellement de s’enrichir, l’avènement des crypto-monnaies a totalement chamboulé la vision que nous avions jusqu’ici de l’économie et de la finance. Mieux encore, la technologie sur laquelle ces dernières ont été conçu est tout simplement prodigieuse. La blockchain détient le réel potentiel de porter la liberté et la sécurité sur internet à un tout autre niveau.

Un manque important de repères

Mais malheureusement, l’univers de la crypto-monnaie est encore semblable au far west. Il manque cruellement de standards robuste. De plus, les formes des différents acteurs du marché, ne sont pas très claires et la frénésie médiatique qui s’en est emparée n’aide pas autant qu’on pourrait le croire. Selon une étude réalisée par un cabinet d’experts, près d’une décennie après la mise au point de la toute première crypto-monnaie, l’univers en est encore à ses balbutiements. Certes, le concepte même des crypto-monnaies et de la blockchain surtout est révolutionnaire, mais d’un point de vue pratique plusieurs aspects en sont encore à un niveau expérimentale.

lack_of_benchmarks

L’objectif de l’étude était de noter les crypto-monnaies par rapport à leur technologie respectives, leur adoption par le public et le ratio risque/bénéfice.

Ainsi sur une base de notation de A à F, aucune crypto-monnaie n’a franchit la barre des B+. Le Bitcoin qui est pourtant la plus ancienne et la plus populaire des crypto-monnaie n’a obtenu qu’un B- à l’issue de l’évaluation. Ethereum son dauphin s’est quant à lui retrouvé avec C+. Ces deux crypto-monnaies, bien que maintes fois éprouvées par la communauté, présentent de sérieuses insuffisances du point de vue de la vitesse et de la scalabilité, d’après cette étude. Et les crypto-monnaies plus jeunes comme Cardano ou EOS, qui proposent de résoudre ces problèmes grâce à des technologies plus avancées, en sont encore à un stade expérimentale. Et de façon globale, l’ensemble des crypto-monnaies est aujourd’hui caractérisé par une volatilité prononcée de leurs cours.

Il faut noter que cette étude fut très critiqué par la communauté et les expert des crypto-monnaies.

Une infinité de débouchée

Mais il ne faut surtout pas se méprendre, cette évaluation n’a en rien pour objectif de fustiger les crypto-monnaies, et encore moins, la blockchain sur laquelle elle sont bâties. Il faut surtout garder à l’esprit que la Blockchain propose une solution efficace et surtout peu coûteuse à l’un des plus grands problèmes et menaces de cette ère de l’information: la sécurité informatique. La blockchain est en effet, comparable à un registre ou une base de donnée décentralisé et partagée. Cela veut dire tout d’abord qu’il n’y a plus besoin d’un énorme serveur à installer dans un pays scandinave ou autre région plus froide de la planète pour lui éviter la surchauffe. Avec la blockchain, le serveur est désormais constitué de l’ensemble des ordinateurs participant au réseau.

De plus, ce modèle de serveur centrale encore majoritairement utilisé dans la plupart des domaines pose l’éternel problème du piratage. Qu’il s’agisse de Facebook, ou Google, aucun de ces géants n’est à l’abris d’un hacker motivé. La notion de de base de donnée partagée, introduite par la blockchain suppose que le hacker qui souhaiterait s’en prendre au réseau, devra attaquer de façon simultanée, la majorité absolue de l’ensemble des participants au réseau. Il s’agit là d’une bien plus titanesque que de s’en prendre à un unique serveur centrale; quand bien même ce dernier fortement protégé.

secure-blockchain

Les applications possibles de cette technologie sont énormes. Il s’agit même de la forme la plus aboutie de démocratie, dans la mesure où chacun des noeuds de l’ensemble du système à la même valeur et se fait entendre de la même façon. Le pouvoir revient réellement à la majorité, et il n’y a aucune façon de manipuler cette majorité. Appliquée à une élection par exemple, cela permettrait de se débarrasser de toute contestation post électorale et des maux que celle-ci pourrait engendrer. Et cela ne se limite pas qu’à ce domaine. La finance, l’économie, la santé, la cybersécurité, la liste est non-exhaustive.

En fait plusieurs gouvernements dont celui des USA étudient différentes options pour encadrer le développement du secteur. Il y a deux décennies, la lutte pour réguler l’Internet a abouti à une version internet du serment d’Hippocrate qui a ouvert la voie à une ère de progrès énormes. Une approche similaire aujourd’hui vis-à-vis de la technologie crypto pourrait déclencher une nouvelle vague d’innovation qui sera à l’origine d’avantages encore plus grands.

Un cycle éternel qui se répète

Le Bitcoin est adopté par moins d’1% de la population mondiale et sur une partie très faible de leur patrimoine. Les prédictions les plus réalistes prévoient une adoption de 20% pour 2030.

La blockchain commence seulement à s’étendre à tous les domaines et lorsque celle-ci, n’est pas centrée sur un modèle économique spéculatif, elle est toujours accueillie avec un immense espoir par tous les acteurs économiques, politiques, civils…

Prenons un simple exemple qui illustre l’aspect révolutionnaire de cette technologie. Actuellement 7 pays dont la Suède sont en train de mettre la gestion de leur  patrimoine immobilier national sur la blockchain. Ce qui signifie que vous pourrez acheter et vendre votre maison, via la blockchain, sans avocat, sans notaire et avec un système d’impositions automatisé, via un smart contract. Encore plus fort vous pourrez diviser votre maison ou propriété immobilière dans une infinité de titres ou de tokens. En d’autres termes, vous pourrez vendre votre maison à un très grand nombre de personnes aux quatre coins du monde en la divisant en partie.

blockchain_future

De plus, dans le cas où cette maison est louée, les smart contract permettent de redistribuer le loyer des multiples  propriétaires sous forme de dividende.

Des nouveaux modèles économiques naîtront, les agences immobilières spécialisées dans la blockchain feront leur apparition.

Les particuliers pourront placer leur argent dans les pays où l’immobilier explose, plutôt que de le placer dans une banque ou sous leur matelas.

Mais surtout les métiers liés à la mise en place de ces smart contract, le développement et le codage, la commercialisation et la promotion de ces nouvelles opportunités liées à la blockchain  exploseront.

Rappelez-vous du commencement de Xavier Niel, fondateur de free, lequel avait commencé à vendre des sites minitel, pour des prix exorbitants. Simplement, car il était un early adopter.

Nous sommes rentrés dans une ère de révolution technologique.

Par le passé, une révolution technologique comme la création du train, ne se produisait qu’une fois dans une vie et sa propagation était tellement lente qu’il était difficile de la saisir.

Désormais, dans une vie un individu peut connaître 3 voire 4 révolutions. De plus, elles sont mondiales et donc massives et se propagent toujours plus rapidement, créant ainsi des possibilités inouïes pour les early adopters qui s’investissent professionnellement dans ce domaine.

Médecin, développeur, agent immobilier, expert en marketing, tout le monde a une carte à jouer, à condition que cet univers vous passionne.

Et pour les quelques sceptiques qui sont effrayés par la blockchain et les crypto-monnaies et qui se posent encore les questions fatidiques : Est-ce que la crypto-monnaie n’est pas dangereuse, la blockchain est-elle sécurisée ? Faut-il faire confiance à une technologie si récente…

La réponse à toutes ces questions est très simple. — On s’en fout !!! —

A chaque révolution les mêmes craintes naissent, et les mêmes questions inutiles surgissent, que ce soit pour l’apparition de la voiture, de l’imprimante ou encore d’internet. Une révolution est par définition un changement de statu quo qui inquiète.

La seule question est,  quel est le but de laisser naître en soi une inquiétude et de questionner l’inévitable. La blockchain à l’instar de l’invention de l’imprimerie, d’internet, un barbare qui violera nos habitudes pour s’imposer dans notre vie et devenir un élément banal de notre quotidien.

Et personne ne peut rien faire pour lutter contre l’inévitable.

Les scripts n’ont pas réussi à faire supprimer l’imprimante qui remplaçait leurs métiers et vulgarisait le livre sacré pour en faire un simple objet mercantile.

Personne n’a réussi à bannir internet malgré que ce réseau facilite la vente d’armes de drogue et la diffusion de sites pédophiles.

La seule chose que nous pouvons faire et de s’investir professionnellement pour orienter cette révolution dans le bon sens tout en surfant sur cette vague qui portera les early adopters au sommet.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close