La Banque centrale de Pologne orchestre une campagne de dénigrement des crypto-monnaies

La Banque centrale de Pologne orchestre une campagne de dénigrement des crypto-monnaies

Toutes les banques centrales du monde voient les crypto-monnaies comme une concurrence dangereuse. Celles-ci ont le mérite de déporter une partie du flux financier des monnaies fiduciaires sur en dehors du système bancaire. Ce sont d’ailleurs les Banques centrales qui en Chine, en Corée du Sud et sous d’autres contrées, ont fortement encouragé l’action de leurs gouvernements.

Les achats de crypto-monnaies entrant dans le cadre d’activités de trading se font généralement en dollars au détriment des monnaies locales, et consistent en un échange de monnaies fiduciaires contre du code binaire.

Dans une lettre en réponse à la question qui lui a été adressée par un membre du parti Wykpo, la Banque centrale de Pologne a reconnu des activités de lobbying contre les crypto-monnaies.

poland_bans_crypto

J’ai perdu tout mon argent?!

C’est sous ce titre qu’une vidéo entrant dans le cadre d’une campagne visant “à prévenir des dangers des crypto-monnaies” a été produite et publiée le 08 décembre 2017 sur la chaine YouTube de l’un des influenceurs polonais les plus suivis.

Du nom de Marcin Dubiel, ce youtuber compte un peu plus de 900.000 followers et aurait été sollicité par la Banque centrale polonaise.

Après le tollé provoqué par une telle information, la banque a dans le courrier susmentionné et datant du 9 février, reconnu dans une démarche de transparence avoir financé “certaines activités visant à prévenir des dangers des crypto-monnaies”.

Outre les services de Dubiel qu’elle se serait attachée, la banque a initié le déploiement d’un site internet dédié à la même cause. Le nom en polonais du site  (uwazajnakryptowaluty.pl) est un conseil dont la traduction littérale serait  “Soyez prudent avec les crypto-monnaies”.

Dans son courrier la banque avance avoir décaissé dans le cadre de cette campagne la somme de 91221 PLN soit près de 22.000 euros. Elle détaille également les différentes destinations des fonds. On y apprends qu’elle a financé des campagnes publicitaires dans le même registre sur les réseaux sociaux (Facebook et Google notamment).

Un conseil ne saurait être publicitaire

La Banque centrale en usant de ce stratagème a opéré à la frontière de la légalité, car elle n’a pas dans ces contenus signifié que ceux-ci étaient sponsorisés. Les internautes ont fait remarqué que la charte de Youtube est claire et offre la possibilité d’informer quant au caractère commercial ou sponsorisé d’une vidéo.

C’est sous le couvert de conseils donc, que la banque a tenté de provoquer par les émotions, le rejet d’une activité qu’elle juge être néfaste à la population.

Elle a voulu insidieusement montré à travers diverses scènes de la vidéo de Dubiel que seule la monnaie fiduciaire importait dans les échanges.

En effet, dans une scène se déroulant au restaurant, le youtuber a vu son offre de paiement en crypto-monnaies créer le malaise et pousser sa compagne à s’acquitter de l’addition avec des billets de banque. Dans la dernière scène on voit un trader compter en billets, cette même fortune perdue par Dubiel.

Il est manifeste que quelque soit les régimes politiques ayant cours dans un pays, son contact avec les crypto-monnaies crée une réaction. Son système politico-financier tente dans les limites de la légalité ou parfois au-delà, de  confiner ces devises cryptographique dans leur plus simple expression.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close