L’Agence des services financiers du Japon va interdire le Dash, le Zcash et le Monéro

L’Agence des services financiers du Japon va interdire le Dash, le Zcash et le Monéro

Selon ce qu’en disent les sources proches du dossier dans un rapport rendu public par Forbes, l’Agence des Services Financiers du Japon (FSA) travaille d’arrache-pied, dans le but d’interdire trois monnaies virtuelles sur les terres de l’Empire du Soleil levant. Officiellement, la raison évoquée serait leur emploi fréquent par les pirates.

Malgrés cette terrible menace qui pèse sur les roie de l’anonymat les cours de ses crypto-monnaies reste stable.

Soupçonnées de servir de pont au piratage

Les trois monnaies concernées par ces tractations menées par la FSA sont le Dash, le Zcash et le Monéro. Selon les sources restées anonymes, mais dont les propos ont été publiés par Forbes, ces trois monnaies virtuelles ne sont pas faciles à pister. Autrement dit, il est quasiment impossible aux autorités financières japonaises d’ordonner un suivi des transactions monétaires effectuées avec ces monnaies, rendant ainsi complexe la lutte contre le financement d’activités terroristes.

Par conséquent, la FSA a jugé que ces monnaies pourraient constituer un paradis utilitaire pour les pirates qui y ont recours très fréquemment pour commettre leurs forfaits. Cette prise de position de la FSA est d’autant plus renforcée par les dernières activités liées aux crypto-monnaies au Japon. En effet, dès le début de cette année, Coincheck, une société semi-publique de crypto-monnaie avait subi un hacking qui lui a coûté près d’un demi-milliard de NEM ; le NEM étant sa monnaie virtuelle.

reddit_darknet

Il faut aussi préciser en la matière que Coincheck était parmi les plateformes qui faisaient usages des trois monnaies virtuelles incriminées par la FSA. Suite à cette perte, et à la demande de la FSA, Coincheck a tout simplement tourné le dos à l’usages de ses trois crypto-monnaies anonyme. En outre, dans sa publication, Forbes a laissé entendre que la FSA a lancé un avertissement aux nouvelles plateformes qui s’aventureraient à offrir à ces trois crypto-devises la possibilité de poursuivre leurs activités au Japon. Selon la FSA, cet acte pourrait tout simplement compromettre leur processus d’approbation sur le territoire japonais.

D'autres suspicions de détournement

Même si pour le moment rien ne le prouve, l’incapacité à suivre les transactions effectuées avec le Dash, le Zcash et le Monéro, permet à la FSA de facilement jeter son courroux sur elles. En effet, à la suite du demi-milliard de NEM volé à Coincheck, une autre plateforme, MyEtherWallet, a subi une perte de 150 000 dollars d’éthers. Selon les hypothèses formulées par les enquêteurs, cette somme qui aurait été ensuite envoyée sur la plateforme Binance contiendrait le demi-milliard de NEM qui a été subtilisé à Coincheck.

C’est donc dans ce contexte de crise de confiance que le gouvernement de Tokyo a fait injonction à la plateforme Binance de mettre un terme à ses activités au Japon. La FSA a aussi fait savoir à Binance qu’elle s’exposerait à des accusations d’activités criminelles si elle n’obtempérait pas. Pour le moment, aucun document ou publication ne fait exactement mention de ce qui est reproché à Binance.

binance_icon

De faibles taux de transactions pourtant…

Malgré l’ampleur des dégâts, il faut bien admettre que les trois monnaies virtuelles qui sont dans le viseur de la FSA sont très loin d’enregistrer les plus forts taux de transactions financières dans le monde des crypto-monnaie. Elles enregistrent entre 5000 et 10 000 transactions par jour. Ce qui n’est pas très significatif à côté du million de transaction de l’Ether et des plus de 200 000 pour le célèbre Bitcoin.

En outre, le Dash, le Zcash ainsi que le Monero ne bénéficient pas toutes trois du même niveau de cryptage. Il en ressort que des trois monnaies, le Dash est celle qui offre le niveau le plus faible de cryptage, suivi du Monero. Par conséquent, le Zcash est celle qui offre l’anonymat la plus complète.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close