Le président Maduro annonce la création d’une crypto-monnaie au Venezuela, le « petro »

Un chef d’État, dos au mur, presque en défaut de paiement,  annonce officiellement la création de  sa propre crypto monnaie.

« J’annonce que le Venezuela va mettre en place un nouveau système de crypto monnaie basé sur ses réserves pétrolières. Le Venezuela va créer une cryptomonnaie, le Petro, pour progresser en matière de souveraineté monétaire, pour procéder à ses transactions financières malgré le blocus financier« ,

Cette annonce explosive par le président Maduro en personne sur une émission télévisée a frappé les vénézuéliens de surprise et l’administration Trump en plein cœur.

Une stratégie audacieuse qui a pour optique de contourner l’embargo financier imposé, par les Etats Unis.

Et contrebalancer les effets de la dépréciation de la devise locale ( le bolivar) en offrant une alternative crédible.

L’or noir légitime l’or virtuel.

Cette crypto monnaie sera soutenu par les réserves naturelles du pays, dont le pétrole, le gaz, le diamant et bien d’autres richesses dont regorge le sous-sol vénézuélien.

Elle permettra en retour une exportation plus aisée et efficace des matières première  et surtout du pétrole, actuellement freinée par le blocus financier américain.

Des arguments de poids

Le président socialiste est déterminé par le biais du Petro à récupérer sa souveraineté monétaire.

Il accuse l’administration de Washington de vouloir mettre fin au socialisme en Amérique latine.

Après avoir déclaré que Donald Trump était le nouveau Hitler en septembre dernier, il l’attaque cette fois-ci sur le terrain des circuits financiers.

Le Venezuela fait face à un niveau d’endettement jamais égalé. Cette dette estimée à près de 150 milliards de dollars, a été occasionnée par la baisse des cours du pétrole. Avec une économie peu diversifiée, essentiellement basée sur les devises pétrolières, le Venezuela se trouve dans une mauvaise passe. Le pays, par manque de devise, n’arrive plus à assumer son rôle régalien et à fournir les aliments de première nécessité et les médicaments à sa populations. Des conséquences très graves qui se répercutent sur le peuple. De plus, ce pays et la société étatique pétrolière PDVSA connaissent un défaut de paiement partiel.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close