“Les crypto-monnaies infectent et contaminent le système financier global” (Banque Centrale européenne)

“Les crypto-monnaies infectent et contaminent le système financier global” (Banque Centrale européenne)

Dans une interview Yves Mersch membre exécutif de la BCE (Banque Centrale Européenne), a tenu à clarifier la position de son institution vis-à-vis des crypto-monnaies.

L’eldorado sans or

C’est en prévenant protecteur des populations que Mr Mersch a mis en exergue son point de vue. Selon lui l’étroitesse des liens grandissant entre le monde de la crypto-monnaie et celui de la finance pose des problèmes aux conséquences sociales et psychologiques.

“Si vous avez de plus en plus de ponts qui sont établis entre le monde virtuel et celui réel, et qu’il y a une contraction ou une récession dans le monde virtuel, cela pourrait capter la liquidité du monde réel. Cela devient alors une affaire de la Banque centrale”.

European_Central_Bank

La BCE se doit donc de jouer sa partition et restaurer la confiance des populations dans l’offre financière légale, car, dans le monde virtuel il constate qu’il a tellement d’argent qui y afflue qu’on dirait une ruée vers l’or –  “Seulement qu’il n’y a pas d’or”.

L’illustration de la conséquence de cette communication entre les deux mondes s’est traduite par l’effondrement en début de semaines des bourses et des marchés de la crypto-monnaie. Cet effondrement se voulait une réaction à l’interdiction d’utiliser les cartes de crédit pour l’achat de crypto-monnaies, décidée par un contingent de banques.

Un monde financier divisé

La percée des crypto-monnaies dans le système financier traditionnel ne s’est pas faite sans les acteurs de ce monde, ils y ont largement contribué.

Analysant les prises de position de certains participants à la rencontre de Frankfort, Yves Mersches a dénoncé la cupidité de certains acteurs des marchés qui les poussent à un faire le trait d’union entre les monnaies virtuelles et le système financier établi.

En effet Robert Kaplan, président de la Reserve Federal Bank de Dallas s’est fait le défenseur des crypto-monnaies déclarant que “les crypto-monnaies sont là pour rester et les autorités se doivent de se familiariser avec elles”.

Yves_Mersch

Mersches a été invité à se prononcer également sur les propos du président de la Banque Internationale des Règlements (BRI), Augustine Carstens qui a aussi dénoncé les connexions entre les deux mondes et qualifié le Bitcoin de “fraude à la Ponzi” menaçant la stabilité des marchés.

“Vous ne serez pas surpris d’apprendre que la BCE partage totalement ces points de vue. Nous partageons les mêmes inquiétudes et travaillons dans une synergie d’actions”.

Mersches assure également de sa convergence de point de vue avec Carstens qui évaluait comme étant fortes les chances que les autorités reprennent les rênes des monnaies digitales en raison desdits liens. Toutefois, Mersches a nuancé sa position en rappelant que la BCE était moins un régulateur qu’un superviseur. “Bien entendu le superviseur peut aussi imposer certaines exigences notamment pour la limitation des risques et encourager plus de prudence”.

En quête d’une panacée

Le membre exécutif de la BCE s’est penché pour finir sur les réponses à apporter à ce mélange des genres du monde des finances. “Déjà, pour endiguer cette infection du système financier traditionnel, des tentatives de régulations fleurissent à l’échelle régionale en attendant les conclusions du sommet du G20”. “Pour une meilleure réponse, il nous faut de l’information. Une obligation pourrait être faite aux plateformes d’échanges de consigner leurs transactions, nous pourrons donc consulter les enregistrements”.

La France et l’Allemagne ont promis faire au cours de la prochaine réunion des chefs d’État des 20 premières économies du monde devant se tenir en Argentine, des propositions pour un meilleur contrôle des crypto-monnaies afin qu’elles ne deviennent pas une explosive bulle spéculative.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close