L’Iran pense à développer sa propre crypto-monnaie

L’Iran pense à développer sa propre crypto-monnaie

Alors que le pays est actuellement secoué par des soulèvements et que le régime iranien se trouve sous le coup de sanctions économiques et financières des Etats-Unis, on apprend que l’Iran penserait à créer sa propre crypto-monnaie. L’annonce a été faite par le ministre iranien des Technologies de l’information et de la communication via son compte Twitter.

La banque centrale iranienne développe une crypto-monnaie locale

Si l’on en croit les propos du ministre iranien des Technologies de l’information et de la communication sur son compte Twitter à la date du mercredi 21 février 2018, la banque centrale iranienne serait en train de plancher sur une monnaie cryptographique dont la supervision sera assurée par l’Etat. Ce dernier a fait cette annonce suite à une réunion avec le conseil d’administration de l’institution financière, au cours de laquelle, « le sujet des monnaies numériques basées sur la technologie de la blockchain a été abordé ». Il a également ajouté qu’au cours de cette même réunion, il a été décidé « d’instaurer la toute première monnaie numérique en mode cloud du pays en se servant de la capacité de son élite ».

Cette annonce du ministre iranien est intéressante dans la mesure où le jour précédent, c’est-à-dire le mardi 20 février, le Venezuela – qui est également fait également objet des mêmes types de sanctions que l’Iran – avait lancé sa propre crypto-monnaie baptisée « Petro ». En dehors de la banque centrale iranienne, celles des pays comme la Chine, Singapour ou encore du Royaume-Uni se sont aussi aventurées sur le terrain du développement d’une crypto-monnaie nationale.

iran_blockchain

Pourtant, on croyait l’Iran opposée à l’usage des crypto-monnaies

« Les fluctuations sauvages des monnaies numériques ainsi que les activités commerciales concurrentielles en cours via le marketing de réseau et les systèmes pyramidaux ont rendu le marché de ces devises très peu fiable et risqué. », déclarait la banque centrale iranienne, il y a de cela quelques mois. Elle affirmait également qu’elle cherchait des solutions pour « contrôler et limiter les monnaies numériques en Iran ». En novembre 2017, il a également été rapporté des propos d’Abolhassan Firouzabadi, Secrétaire de l’autorité iranienne en charge du cyberespace, selon lesquels l’Iran « accepterait » le Bitcoin s’il était soumis à des règlementations. Par ailleurs, d’après les médias iraniens, la banque centrale affirme qu’elle ne reconnait pas le Bitcoin comme une monnaie ayant un cours légal dans le pays.

D’un autre côté, certains affirment aussi que le régime iranien serait en train de faire recours à la star des crypto-monnaies dans le but de contourner les sanctions dont il fait l’objet à l’échelle internationale et qui font que l’utilisation des moyens de paiement tels que PayPal et MasterCard Visa est interdite. Il est également évoqué le fait que la valeur de la monnaie fiduciaire iranienne ne cesse de baisser face au dollar malgré le fait que le gouvernement ait dernièrement fait en sorte d’apporter des réformes en ce qui concerne les taux d’intérêt. Toutefois, le gouvernement iranien a nié se servir du Bitcoin pour passer outre les sanctions qui lui sont imposées.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close