L’Iran et la Russie discutent des transactions en crypto-monnaies pour éviter les sanctions internationales

L’Iran et la Russie discutent des transactions en crypto-monnaies pour éviter les sanctions internationales

La tension entre d’un côté les États-Unis, l’Union Européenne et de l’autre l’Iran et la Russie ne s’est jamais vraiment apaisée au cours de ces dernières années. Les pays comme l’Iran et la Russie ont été victimes de nombreuses sanctions internationales.

Désormais avec l’apparition de la technologie blockchain et des crypto-monnaies, les deux pays pense à un un moyen de contourner certaines sanctions et discutent de son adoption.

La Russie et l’Iran partagent la même opinion vis-à-vis des crypto-monnaies

Les médias russes ont rapporté que la Russie et l’Iran pourraient éventuellement commencer à utiliser les monnaies cryptographiques pour contourner les sanctions qui pèsent sur eux.

Le chef de la commission parlementaire iranienne pour les affaires économiques Mohammad Reza Pourebrahimi a parlé des monnaies cryptographiques en de termes élogieux. Selon ce dernier les monnaies cryptographiques sont un moyen de transaction prometteur qui permettrait à l’Iran et à la Russie de ne pas utiliser le dollar américain. Ce nouveau système de paiement peut être une alternative au système de paiement interbancaire SWIFT.

La banque centrale d’Iran avait été engagée pour développer des propositions pour l’utilisation éventuelle de la monnaie cryptographique. Quelques jours plus tôt, Mohammad Pourebrahimi avait discuté de ce sujet avec le Comité de la Douma pour la politique économique ; et avec la Russie l’Iran a pu établir une coopération.

mohammad-reza

« La Russie partage notre point de vue. Nous avons dit que si nous parvenions à promouvoir ce projet, nous serons les premières nations à utiliser la monnaie cryptographique dans l’échange de biens ».

Mezentsev Dimitry a déclaré que dans le contexte des sanctions internationales mis en place contre l’Iran et la Russie, les relations bancaires entre les deux pays devraient être d’une importance capitale.

Le 5 juillet, une réunion de groupe de travail interbancaire sur la coopération financière et interbancaire se tiendra à Téhéran. La partie Russe est très optimiste pour la réunion a déclaré Mezentsev.

En attendant que la crypto-monnaie nationale iranienne ne soit mise en place, les iraniens se sont tournés vers les autres crypto-monnaies tels que Bitcoin.

dimitry-mezentsev

Iran, un intérêt grandissant pour les crypto-monnaies

Avec la sortie des États-Unis de l’accord nucléaire du temps de Barack Obama, les sanctions qui pesaient autrefois sur l’Iran menacent de nouveau le pays, plongeant ses habitants dans la tourmente et entrainant un intérêt grandissant pour les monnaies cryptographiques.

Au cours de ces six derniers mois, la monnaie nationale iranienne, le rial, a perdu environ un quart de sa valeur avec l’annonce du retrait des États-Unis de l’accord sur le nucléaire. En réponse à ces évènements, le gouvernement iranien a dû prendre des mesures drastiques. En plus d’avoir unifié ses taux de change officiels et haussé les taux d’intérêt, le gouvernement a décidé d’arrêter des courtiers en devises étrangères. Avec la sanction qui refuse à l’Iran l’accès au système bancaire international, ces mesures ont empêché les citoyens de retirer leur argent du pays.

Interviewé, un citoyen iranien a évoqué l’utilisation du Bitcoin.

« Avec les bureaux de change qui ont été contraints de fermer leurs portes, les sanctions pesantes des États-Unis, et la valeur du rial qui s’écroule, utiliser le Bitcoin semble être une bonne idée. Il y a ici en Iran quelque personne qui achètent et vendent du Bitcoin par l’intermédiaire de la plateforme Localbitcoins. Pour maintenant, il semblerait que le Bitcoin soit la seule façon pour faire sortir l’argent du pays, mais ce n’est pas donné à tout le monde vu l’état du rial.»

Selon Mohammad Pourebrahimi, les citoyens ont jusqu’à maintenant réussi à faire passer 2,5 milliards de dollars en crypto-monnaie. Pour entraver la fuite de capital, la Banque centrale d’Iran est venue à interdire aux institutions financières locales de s’occuper des crypto-monnaies.

Avec les sanctions à l’encontre de l’Iran, la situation économique iranienne est au plus mal. L’adoption d’une crypto-monnaie nationale serait en effet un moyen idéal pour contourner les sanctions et éviter une perte importante de capital.

Si la Russie et l’Iran arrivent à lancer leurs propres crypto-monnaies nationales, ce seront les deux autres pays à avoir réussi après le Venezuela. À l’heure actuelle, le nombre de pays qui souhaitent lancer sa propre monnaie cryptographique est important à l’exemple de la Turquie, de la Suède, de la Norvège de l’Estonie…

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close