Pays- Bas : le Ministre des Finances et le Parlement Envisagent une Interdiction des Cryptomonnaies

Pays- Bas : le Ministre des Finances et le Parlement Envisagent une Interdiction des Cryptomonnaies

‘’Nos pensées convergent dans ce qu’elle est séduisante – la cryptomonnaie – mais il nous faudra procéder à des essaies. Son interdiction reste une option’’. Ainsi a résumé Wopke Hoekstra, ministre des finances hollandais, son entretien avec la chambre des représentants en milieu de semaine dernière.

À droite, mais pas trop

En contradiction avec ses positions d’État cryptophile, la Hollande montre des signes de nervosité. ‘’Des partis à la chambre réclament des mesures contre ce qu’on appelle communément les cryptomonnaies, mais aussi contre d’autres produits financiers à controverses.’’

Mr Hoekstra a promis procéder à des investigations et des essais dont il communiquera les résultats à la Tweede Kamer, la chambre basse du parlement, afin de l’aider à se décider quant à l’avenir à donner aux cryptomonnaies dans le pays. Le ministre a souvent formulé des mises en garde quant au Bitcoin à travers le slogan « Bien réfléchir avant de sauter le pas ».

wopke_hoekstra_bitcoin

Hoekstra a en outre fait part de la volonté du gouvernement d’interdire des produits financiers dérivés du Bitcoin tels que les options binaires. Celles-ci offrent aux consommateurs la possibilité de parier sur la montée ou la baisse du cours de la monnaie à un prix spécifique, ils gagnent la différence entre le cours à la date du pari et celui à la date de fin du pari, ou perdent leurs fonds. Cette position d’un gouvernement se réclamant de droite est surprenante puisque marquant une rupture avec de précédentes prises de position.

Vents debout face à l’insaisissable Blockchain

Le régulateur AFM de la bourse hollandaise et la banque hollandaise d’Etat, la DNB (De Nederlandsche Bank) avaient exprimé il y a peu leurs inquiétudes face à l’offre en ligne grandissante des options binaires. L’AFM situe entre 74 et 89% la proportion des consommateurs ayant perdu leurs fonds engagés. Le régulateur estime à 135.000 le nombre d’individus ayant en 2017 engagé leurs fonds, soit le double de l’année précédente. Elle prévoit pour cette année l’arrivée de 150.000 autres consommateurs de ces produits financiers.

AFM

L’AFM malgré ses inquiétudes sur la cryptomonnaie et le Bitcoin notamment, n’a pas une grande marge de manœuvre parce que la devise électronique n’est pas une offre financière en tant que telle. Par contre les ICOs (Initial Coins Offering) qui sont des levées de fonds dans le cadre de la mise en circulation d’une cryptomonnaie et les options binaires, sont des produits financiers qu’elle tente de réguler. Les Pays-Bas en particulier et plus généralement l’Europe n’ont pas une réglementation claire en la matière.

La France et l’Allemagne ont d’ailleurs lancé le débat d’une régulation ou d’une interdiction des cryptomonnaies et assurent vouloir proposer une feuille de route allant dans ce sens lors du prochain sommet du G20 qui se tiendra en mars. Wopke Hoekstra, a annoncé qu’il attendra de voir lesdites propositions avant d’engager les Pays-Bas dans des réformes.

L’interdiction de la cryptomonnaie reste tout de même peut plausible du fait du protocole peer-to-peer de la Blockchain.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close