La percée de la blockchain dans le monde de l’art

La percée de la blockchain dans le monde de l’art

Les problèmes liés, à la provenance, au droit d’auteur ou à l’authenticité de la production artistique sont en passe d’être conjugués au passé. En effet, la technologie soutenant les crypto-monnaies comme le Bitcoin ou l’Ethereum, n’a pas fait qu’introduire une révolution financière. Tous les domaines de l’économie sont peu à peu investis, et cette technologie présente des arguments suffisamment solides pour en faire un mode de vie à part entière. Convaincu du formidable potentiel de la technologie, ainsi que des nouvelles perspectives, les professionnels du domaine artistique commencent déjà à explorer différentes applications de cette dernière à l’art. La blockchain s’est ainsi retrouvée sous plusieurs formes, au coeur de différentes strates du monde artistique.

Bouleversement total des habitudes

Le changement de paradigme opéré par la blockchain dans le secteur financier a été d’une rarissime importance. Une importance telle que s’il fallait citer les grands courants de l’histoire de la finance, son avènement y serait très certainement mentionné.

Mais appliquée au domaine de l’art, cette dernière pourrait être la clé de l’un des problèmes les plus récurrents de ce domaine : le manque de transparence. Souvent décrit comme un secteur très peu régulé, le marché de l’art fonctionne la plupart du temps sur la base de la confiance entre les différents acteurs. Une confiance bien souvent mise à mal par de nombreux scandales comme celui de la galerie Knoedler ou celui du faussaire allemand Wolfgang Beltracchi. De plus, l’établissement de cette confiance nécessite l’intervention très coûteuse d’experts. Ces aléas ont fini par installer une sorte de psychose dans le domaine, le rendant très élitiste et bien souvent injuste pour les petits artistes.

blockchain

La blockchain et l’art numérique

Par ailleurs, c’est surtout dans le domaine de l’art digital que l’impact de la blockchain s’annonce le plus important. Il s’agit en effet, d’un domaine qui a toujours été confronté au problème du plagiat. En raison même de la nature de l’art numérique, il est assez facile pour une personne, de reprendre pour son compte, le travail de quelqu’un d’autre. Le marché se retrouve donc inondé de copies, empêchant le propriétaire original de jouir convenablement du fruit de son travail. L’application de la blockchain au secteur devrait donc permettre de résoudre le problème. En créant, par exemple, des tokens pour déterminer la quantité ou les  quantités de copies disponibles, l’artiste réussira à authentifier ou apporter de la rareté à sa production, tout en se passant de l’intervention coûteuse d’un expert pour en établir l’authenticité.

A chaque copie authentique est attribué une certaine quantité de token, de sorte que, quand bien même quelqu’un réussirait à plagier l’oeuvre de l’artiste, elle n’aurait aucune valeur puisque cette dernière ne disposerait pas des tokens attestant de son authenticité. Anime Coin, par exemple, est un projet basé sur la blockchain qui permet à un artiste de mettre une image sur la plateforme tout en définissant le nombre de copies disponibles. Il permet également à l’artiste de vendre directement sa production sur la plateforme, sans avoir à payer des frais d’intermédiation.

blockchain_cloud_technology

Applications insolites et perspectives nouvelles

De nombreux artistes se servent même de la blockchain pour connecter deux domaines de l’art qui n’avait, à priori, aucun lien visible. Tout semble, en effet, opposer l’art physique, et le monde numérique. Le très célèbre Kevin Abosch est à l’origine d’un projet basé sur la blockchain, lui permettant de tokeniser des oeuvres d’art physiques. Intitulé IAMA Coin, le projet rassemble au total 100 oeuvres d’art tokenisées sur la blockchain d’Ethereum. L’artiste s’est ainsi servi de son propre sang pour marquer chacune des pièces de l’adresse correspondant à son smart contract sur la blockchain Ethereum.

Par ailleurs, l’intégration de la blockchain dans le domaine l’a rendu beaucoup plus accessible pour les amateurs et les artistes débutants. Ces derniers sont désormais assurés de facilement monétiser leurs créations, et surtout, d’être rémunérés à la juste valeur de leur travail.

Partages 0
Share
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Close